CATÉGORIE DÉVELOPPEMENT DURABLE - Le projet Renard, première mine diamantifère du Québec, a été érigé sur un territoire cri situé à 350 km au nord de Chibougamau. Son implantation par l'entreprise Stornoway Diamond Corporation a été saluée par plusieurs pour son souci d'intégration environnementale, sociale et pour ses retombées sur la collectivité.

Dès le départ, la firme Norda Stelo, responsable de plusieurs aspects dont la portion consultation publique, a mis les bouchées doubles pour que l'information et les échanges soient accessibles à toute la collectivité, y compris les Premières Nations. Des discussions qui ont permis de calquer le projet sur les préoccupations de la population. Par exemple, l'idée de creuser une fosse à ciel ouvert dans le lac Lagopède, site prisé pour la chasse et la pêche, a été totalement écartée.

La mine est également alimentée au gaz naturel, plutôt qu'au diesel, comme c'est habituellement le cas dans ce genre d'exploitation implantée dans le Nord. En plus d'éliminer les risques de déversement, cela permet de réduire de 40 % l'émission de gaz à effet de serre.

D'un point de vue économique, l'entreprise a conclu une entente avec les Premières Nations, qui sont prioritaires lors des embauches. Dans cette optique, des programmes de formation sur mesure ont été mis en place. Ainsi, lorsque le projet Renard a commencé ses activités en 2016, près de 19 % des employés de la mine et des entrepreneurs y gravitant étaient d'origine crie, ce qui représente quelque 150 travailleurs. Un apport générant des retombées annuelles en salaires de plus de 12 M$.

Source : Les Affaires

Consulter l'article